Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/09/2009

Et c'est pourquoi les stars sont stars...

Pourquoi les stars sont stars ? Parce que que Ponce, El Juli ou Castella à la dernière feria des Vendanges de Nîmes a-t-on envie de répondre sans plus de commentaires. Parce que chacun a répondu présent, parce que chacun a défendu son statut de vedette et, partant, d'acteur parmi les plus attendus du cycle.

Chacun a offert, dans son style, avec son répertoire, des moments d'anthologie, des faenas majuscules, des séquences dont il importe peu qu'elles soient ou pas couronnées par des oreilles. A cause de défaillances avec l'épée, les oeuvres maîtresses de Ponce ont ainsi été bien chichement primées. Mais franchement on sen fiche, et nul n'oubliera ces instants dont on parlera dans quinze ans en évoquant "tu sais ce ce samedi matin où Ponce..." Personne n'ôtera non plus de sa mémoire, les deux sidérantes démonstrations de pouvoir et d'autorité d'un El Juli magistral, ni l'ahurissant courage d'un Sébastien Castella au sommet, ravi, nous confiait-il dimanche d'avoir "réussi ce qu'il y a de plus dur en tauromachie : toréer avec son corps."

Oui, c'est bien de cela dont il s'agissait, et d'autres choses rares encore. Donc si on met un peu à part le triomphe de clôture de Daniel Luque, la surpise devant un spectacle inédit (ce qui n'est certes pas commun) ayant joué un grand rôle dans le délire qui a embrasé soudainement les arènes dimanche soir, on en revient à trois noms : Ponce, Juli, Castella, triomphateurs absolus qui semblent éternellement arriver à l'heure aux rendez-vous qu'ils fixent à leur public. Cette ponctualité aussi explique pourquoi les stars sont stars. Ces trois-là en tout cas.

Les commentaires sont fermés.