Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/10/2009

J'ai vu Tomas, j'ai rien vu

J'ai vu Tomas à Barcelone, je n'ai rien vu. Comprendre : j'ai vu des images du triomphe de José Tomas sur un site taurin espagnol et comme d'habitude, ou presque, j'ai vu des séquences montées à la hâche, des passes, encore des passes, mais sans l'avant, ni l'après, ni le contexte, ni une seule image des deux premiers tiers, donc sans aucune idée de ce que le toro offrait comme possibilités, de ce qu'il permettait ou pas, du danger qu'il représentait, non, rien, rien de rien.

Je suis comme vous : le lendemain d'un triomphe de Tomas (ou de Castella, ou du Juli, etc.) je cherche des images, je veux voir moi aussi, mettre des images sur les récits lus si je n'étais pas aux arènes ce jour-là. Et puis rien ou si peu, un rien de frustation, une idée faussée de ce qui a dû être un événement et dont il ne reste que pâle aperçu à l'arrivée. Un digest sans saveur, une oeuvre maîtresse de Hugo ou de Balzac dont on aurait supprimé toutes les pages relatives à des descriptions. Par exemple.

Ce qui autorise une ou deux réflexions. On peut ainsi considérer que si une faena impacte fort sur une de ces vidéos c'est qu'elle constitue un sommet d'une force rare. Un exemple : la grande faena de Castella à Bayonne. Oui, même sur une de ces vidéos, elle "passe", elle transmet.  Deuxième réflexion : il s'agit quasiment là d'une démonstration par l'exemple que la volonté de Tomas de ne pas voir ses prestations être filmées puis diffusées à la télévision devient à chaque corrida un peu plus absurde. Car des images de lui, on en a par ce canal des sites taurins qui les tronçonnent pour n'en garder que ce qu'ils croient être  les meilleurs moments. Quand on sait la qualité de certaines retransmissions télévisées (même si elles n'atteindront jamais l'intensité du vécu "live") on ne peut que regretter ce choix, ou plutôt cette impasse dans laquelle s'enferme Tomas. Il ne veut pas qu'on le voie autrement qu'in situ ? Et bien on le voit pourtant. Mal. Même le jour où il est génial. Un comble, une aberration.

Les commentaires sont fermés.