Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/03/2010

Les cartels de Nîmes

On connaît désormais toutes les affiches de la feria de Pentecôte qui s'annonce somptueuse.

Tout commencera en fait les 10 et 11 avril, avec le Master des écoles taurines, avant le premier événement programmé pour l'Ascension, via le solo de Castella  au bénéfice d’Haïti. Ce même jeudi 13 mai, en matinée, une novillada avec Patrick Oliver, Tomasito et Thomas Duffau sera à l'affiche (billet unique pour les deux rendez-vous).

Pour la Pentecôte, voici l'intégralité des cartels :
Mercredi 19 mai : toros de Miura, avec Juan José Padilla, Rafaelillo, Mehdi Savalli ; jeudi 20 mai : toros de Nuñez del Cuvillo pour Julio Aparicio, José Tomas, Sébastien Castella ; vendredi 21 mai : toros de José Vazquez pour Juan Bautista, Matias Tejela, Arturo Macias ; samedi 22 mai : en matinée, toros de de Garcigrande pour Enrique Ponce, El Juli, Daniel Luque puis, l'après-midi, toros de Fuente Ymbro, avec César Jimenez, Antonio Barrera, Ruben Pinar ; dimanche 23 mai, en matinée, mano a mano Javier Conde-Morante de la Puebla (avec des toros de Juan Pedro Domecq), puis, l'après-midi,  corrida de Samuel Flores, pour Enrique Ponce, Daniel Luque, El Capea ; lundi 24 mai, en matinée, corrida de rejon pour Mendoza, Leonardo Hernandez et Manuel Lupi puis, l'après-midi, mano a mano  Castella-Juli avec des toros issus de différents élevages.

Bref, un générique grand luxe qui fait déjà très, très envie. Car si l'on peut chipoter sur quelques absences (Perera, Manzanares), on ne manquera pas de noter que Castella, Juli, Luque et Ponce sont engagés chacun à deux reprises (trois fois même pour Castella, si l'on compte l'Ascension, ce qui fait onze toros en trois courses pour le numéro 1 français !), que  Tomas est à l'affiche et que, partant, ce cycle est quasiment le plus cher que Simon Casas pouvait monter au vu des recettes que les arènes de Nîmes sont capables de générer. Pour le coup, chapeau.

29/03/2010

A Vic, Bautista avec les Victorino

Le Club Taurin Vicois qui a présenté ce week-end les cartels de sa feria de Pentecôte a confirmé l'information donnée ici il y a déjà quelques temps : Juan Bautista affrontera bien cette année dans les arènes gersoises des toros de Victorino Martin. Cette feria débutera le samedi matin avec une novillada de Flor De Jara pour les Français Thomas Joubert, Patrick Oliver et l'Espagnol Esaù Fernandez, avant le rendez-vous vespéral avec des toros d'Escolar pour El Fundi, Sergio Aguilar et David Mora. Le lendemain sera marqué en matinée par l'habituelle concours d'élevage avec au cartel Josè Luis Moreno, Antonio Barrera et le Colombien Luis Bolivar et des exemplaires de La Quinta, Perez de Vargas, Fidel San Roman, Dolores Aguirre, Alcurrucen et Rehuelga. Le dimanche après-midi a été programmée une corrida de Palha à laquelle ont été conviés Morenito de Aranda, Alberto Aguilar et l'Arlésien Mehdi Savalli.

Enfin, pour la clôture du lundi de Pentecôte, sonnera donc l'heure de cette course de Victorino Martin à laquelle participeront, outre Juan Bautista, les spécialistes es corridas dures El Fundi et Rafelillo. Beau défi et beau geste de la part de Jean-Baptiste.

27/03/2010

Madrid milite en faveur de la corrida

Madrid milite en faveur de la corrida, voilà qui confine au pléonasme. Et pourtant.

Les défenseurs de la corrida à Madrid vont lancer à leur tour une campagne de signatures pour sa défense, contre-attaquant ainsi face aux assauts de ceux qui aspirent à l'interdire. C'est hier que la Fédération taurine de Madrid a affirmé qu'elle lançait une vaste campagne de signatures dans ce sens. C'est que dans "le camp  d'en face", une association de défense des animaux avait démarré  la veille sa propre campagne visant à recueillir 50 000 signatures pour que le Parlement régional accepte de débattre de l'interdiction des corridas dans cette région à très forte tradition taurine, faut-il le rappeler, initiative rappelant évidemment les démarches  que leurs homologues catalans entreprennent actuellement.

Dans ce débat, le roi Juan Carlos, aficionado, a pris position jeudi en  manifesté son appui à la tauromachie, lors d'une remise de prix taurins et universitaires jeudi à Séville, ainsi que le rappelait hier l'Agence France Presse : à des journalistes qui lui demandaient si sa présence à cette manifestation constituait un soutien à la "fiesta", il a répondu: "Bien entendu."

On se souvient aussi que la région de Madrid, détenue par la droite, a annoncé début mars son intention d'inscrire la tauromachie à son patrimoine culturel, afin de la protéger, là encore en réaction au débat catalan. Par ailleurs, une manifestation anti-taurine, à laquelle appellent plusieurs associations écologistes et de défense des animaux, est prévue dimanche dans le centre de Madrid.

26/03/2010

Adrian Brody défend Manolete

C'est assez rare pour être signalé, on ne va donc pas laisser passer l'occasion. Hier soir à une heure de grande écoute dans le cadre d'une émission de télé très grand public, on a pu parler d'un sujet ayant un rapport avec la tauromachie sans que la discussion ne tourne au débat stérile "pour ou contre", sans invectives, dans un climat serein. Le petit miracle s'est donc produit sur le plateau du Grand journal de Michel Denisot sur Canal +, hier vers 20 heures. Andrian Brody était présent pour défendre (longuement, on l'a laissé parler) le film "Manolete" dont il interprète le rôle-titre. On passera sur l'exercice obligé de la démonstration de toreo de salon que l4animatrice Ariane MassenEt lui demanda d'effectuer (après qu'elle eut avoué aimer la tauromachie, alors bon...), qui ne fut pas forcément le moment le plus convaincant de la soirée.

Mais les questions (sur le danger, sur la personnalité de Manolete, sur son entraînement) autant que les réponses de la vedette du jour restèrent toujours d'un très bon niveau, et Adrian Brody fut "traité" comme n'importe quel acteur venant défendre un film dans cette émission, sans qu'aucun jugement de valeur ne soit prononcé, ni qu'aucune tentative de culpabilisation forcée ne soit osée.

 Donc, pour le Grand journal, son équipe et Brody lui-même, salust et ovation ! 

23/03/2010

Milian numéro 1

Etonnante statisque que celle publiée dans sa livraison du 15 février par notre excellent confrère Semana Grande.

L'hebdomadaire a ainsi recensé les matadors qui ont le plus toréé en France depuis la Libération en 1944. Et c'est... Richard Milian qui arrive en tête avec ses 183 contrats honorés dans l'Hexagone. Suivent El Fundi (176), Nimeno II (168), Stéphane Fernandez Meca (164), Denis Loré (157) et Victor Mendes (151). Parmi les toreros en activité, on relèvera les noms d'Enrique Ponce (135), de Juan José Padilla (102), d'El Juli (101) et de Julio Aparicio (83) que l'on n'aurait pas spontanément cité si haut. Sébastien Castella et Juan Bautista se tiennent dans un mouchoir avec 115 corridas pour le premier et 114 popur l'Arlésien.

L'ami Marc Lavie, patron de l'hebdo rappelle aussi que Paco Ojeda a torée 66 corridas dans notre pays, José Tomas 38 et Manolete... aucune.

22/03/2010

A Madrid, Castella trois fois, Bautista deux

On connaît désormais à peu près tout des cartels de Madrid qui devraient être confirmés ce soir. Juan Bautista serait ainsi engagé à deux reprises, le 6 mai avec une corrida de Salvador Domecq aux côtés de Curroi Diaz et El Gallo, et le 1er juin avec Miguel Abellan et Arturo Macias (bétail d'El Cortillijo).

Sébastien Castella effectuera lui trois paseo à Las Ventas : le 15 mai, avec Juli et Luque (toros de Garcigrande), le 18 mai avec El Cid et Ruben Pinar (Puerto de San Lorenzo), et le 3 juin avec Frascuelo et... José Tomas (Victoriano del Rio). Un José Tomas qui honorera une deuxième date à Madrid, le 12 juin, avec Manolo Sanchez et Alejandro Talavante (El Ventorillo).

21/03/2010

Super festival de Castella et Juli

Le super festival organisé pour les vingt ans d'alternative d'Enrique Ponce par Simon Casas à Valencia a vu le triomphe de Castella et El Juli qui ont coupé tous deux les deux oreilles de leur adversaire. Ponce et Morante ont eu droit à un trophée, le Fandi et Manzanares ont salué, et Cayetano n'a écouté que le silence. Castella-Juli, le duel continue...

 

 

19/03/2010

Manolete, enfin

"Manolete", le film, débarque enfin sur les écrans. Depuis quelques semaines, l'info est officielle, une date choisie (le 31 mars) et une bande annonce visible sur les sites spécialisés. On a même pu voir il y a peu, une bande promotionnelle de cinq minutes, sorte de super bande-annonce, dévoilant un peu plus du film que de coutume. Il semblerait que celui-ci mette particulièrement l'accent sur l'histoire d'amour entre le torero (campé par Adrian Brody, pas le plus absurde des choix, sur le plan de la ressemblance physique du moins) et Lupe Sino qu'incarne Penelope Cruz. Pour le reste, on attend de voir ce long-métrage fini depuis deux ans et dont les bobines commençaient à prendre la poussière sur les étagères de son distributeur. Ce qui n'est jamais très bon signe.

Mais méfiance tout de même, comme une histoire récente nous le rappelle. Le film de Kathryn Bigelow "Démineurs", qui vient de remporter six oscars coiffant sur le fil l'ultra-favori "Avatar", était resté lui aussi dans des crtons pendant deux années avant que son distributeur ne se résigne à le sortir. La raison alors évoquée pour ce peu d'envie à montrer le film ? Tous les films américains traitant du conflit actuel en Irak se plantent au box-office. Il se peut donc que "Manolete" soit resté aussi longtemps invisible tout simplement parce que ses distributeurs ne savent pas comment "vendre", aux USA notamment, un film ayant un torero pour héros. On en reparle après l'avoir vu.

17/03/2010

El Juli frappe un grand coup

Si toutes les grandes figuras ont marqué des points en ce récent début de saison européenne (Castella, Tomas, tous deux magnifiques à Castellon, Perera déjà présent ou, encore, vu d'ici, un très bon début de temporada de Juan Bautista), les quatre oreilles coupées hier à Valencia par le Juli, dans le cadre d'un mano a mano évenementiel avec Ponce, résonnent comme un grand coup de tonnerre.

Car le Madrilène y a ajouté la manière, ce que l'on a pu aisément deviner dès hier soir en recevant les premiers coups de téléphone extasiés de companeros ayant assité en direct à la performance du monstre. Qui, devant des Zalzuendo de présentation globalement commode (là encore d'après les dires de témoins présents à la course), avait revêtu ses habits de gala et sorti quelques-unes de ses armes secrètes de séduction favorites, lopecinas en tête. Celui-là, tout dit qu'il envisage 2010 comme l'année de reconquête de son sceptre. A suivre, cela va sans dire.

12/03/2010

Castella à l'affiche

castella.jpgCastella inspire. Et les événements dont il interprète le rôle principal permettent régulièrement à des artistes de proposer leur vision du torero biterrois. Ainsi Jean Nouvel, voici deux ans, pour un solo nîmois. Bis repetita cette année, toujours pour un solo dans ces mêmes arènes de Nîmes, le jeudi de l'ascension (le 13 mai) que le jeune Français et Simon Casas, responsable de la programmation tauromachique dans la plus importante plaza française, ont souhaité organiser en faveur des sinistrés d'Haïti.

Et l'illustre Colombien Botero de représenter peut-être pour la première fois un torero de l'actualité.  Et Sylvain Fraysse, jeune artiste aficionado passé par Toulouse ou Sérignan (dans l'Hérault) qui vit aujourd'hui sa passion pour les toros à Séville, de donner à voir un portrait hiératique dont le regard noir,n partout, nous suit et, littéralement, nous fixe. C'est un Castella "centré" qu'il a voulu montrer, et c'est bien ainsi qu'on le voit depuis plusieurs années. Et qu'on le verra à Nîmes le 13 mai.