Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/11/2011

Simon Casas à Madrid !

Simon Casas à Madrid, voilà qui confinerait presque au pléonasme, tant le Nîmois vibre à l'unisson de la capitale madrilène où il vit, travaille et écrit une partie de l'année et où il a certainement rêvé, jeune apprenti torero, son destin de ce jour. Simon Casas à Madrid : comprendre qu'il intègre officiellement aujourd'hui, ainsi que tout semblait le supposer ces dernières heures, l'équipe dirigeante des arènes de Las Ventas pour les trois prochaines saisons au sein desquelles il devrait plus particulièrement superviser et élaborer la programmmation.

Fruit d'un accord à trois, avec les Choperitas sortants et la maison Matilla, cette consécration pour Simon Casas s'avère aussi être une sacrée surprise alors que l'on pouvait penser que la Comunidad de Madrid s'était bordée pour reconduire les premiers. Il n'en a rien été et après plusieurs échecs in extremis, le Gardois a su finement jouer sa partie et tirer son épingle du jeu. On ne se prononcera pas pour l'instant sur la solidité de cette union sur le long terme,  tout juste se bornera-t-on aujourd'hui à mesurer comme il se doit l'importance de la nouvelle, même si Simon Casas ne sera pas le seul maître à bord. Mais c'est quand même une page d'histoire de la tauromachie française qui s'écrit là. Dire que dans les années 1970 balbutiantes il pouvait encore être écrit qu'il fallait avoir du sang espagnol dans les veines pour pouvoir toréer...

Un Français appelé pour monter les cartels de la feria de la San Isidro dans le saint des saint madrilènes ?Comme me l'avait fait remarquer non sans finesse et pertinence mon companero Roland Massabuau (de la casa Midi Libre lui aussi) il y a quelques années, le seul équivalent  en la matière (à savoir diriger, à l'étranger, une institution culturelle monuent national en son pays) est à chercher du côté de la Scala de Milan que Stéphane Lissner dirige depuis 2005. Pas moins. 

Les commentaires sont fermés.