Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/09/2012

Triomphe de la tauromachie

Onze oreilles, une queue, un indulto, José Tomas a indiscutablement triomphé ce matin aux arènes de Nîmes. Son nom scandé, un abrazo émouvant avec le matador, des arènes archi-combles, Simon Casas a également remporté un grand succès personnel. La plaza nîmoise aussi est au plus haut en ce dimanche pour l'histoire.

Mas c'est toute la tauromachie qui sort grandie de cette matinée par moments bouleversante. Car il s'agissait d'une vraie corrida de toros, d'une belle présentation, d'une franche solidité. Irréprochable, oui. Et parce que Tomas a relevé le défi dans des proportions que l'on n'osait pas imaginer : six faenas brèves, vingt à vingt-cinq passes, c'est tout, cinq grands coups d'épée, pas un de plus, des derechazos, des naturelles, quelques coquetteries ornementales et puis voilà. Tauromachie classique, épurée, qui n'a pas besoin d'artifices, ni de jouer sur la durée, ni de forcer l'émotion ou quoi que ce soit. Et, bien sûr, servie par un interprète qui nous a semblé apaisé, souriant comme jamais, énigmatique comme toujours.

Une certitude : il continue. De multiples inconnues : où, quand, à quel rythme ? Hier de Vargas Llosa  aux membres du club taurin de Riscles, en passant par Denis Podalydès, Edouard Baer et tout le mundillo réuni, les rumeurs bruissaient. L'une le renvoyait à Aguascalientes, de retour sur les lieux de son drame personnel, peut-être pour y tirer sa révérence. Lui seul le sait, on n'a pas fini de le faire parler. En attendant, on a fait le plein de souvenirs pour un hiver sans toros, des faenas tout en douceurs et liaisons, quatre passes de cape tenue en une seule main enchaînée, des estocades pour école taurine, des entames de faena  du point de vue du toro (Tomas commence là où il est, ne va pas le chercher mais le fait venir), un coeur de muleta qui aspire, les cla-clac des appareils photos qui déclenchent sur chaque passe et qui donnent le tempo, un public qui crit son plaisir, debout du début à la fin d'un paseo comme jamais vu dans ce théâtre. Et tant d'autres images encore...

Les commentaires sont fermés.