Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/01/2013

Arles annonce sa temporada

Après quelques petites semaines d'absence, retour en force de l'actualité sur Toros blog et, partant, début de la temporada française 2013. Ou, plutôt, des premières annonces importantes relatives à cette nouvelle saison. Comme le veut la tradition, ce sont les ferias d'Arles qui se dévoilent les premières pour les cartels suivants.

Feria de Pâques :vendredi 29 mars à 11 heures, novillada non piquée de Tardieu Frères pour El Gallo (école taurine de Valencia), Ángel Sánchez (Colmenar) et Yoan Martínez (Arles). À 17 heures mano a mano entre Juan Bautista et Sébastien Castella (toros d'Alcurrucén, Garcigrande et Puerto de San Lorenzo). Samedi 30 à 11 heures, novillos de Dos Hermanas pour César Valencia, Borja Jiménez et Lilian Ferrani,. À 17 heures toros de Torrestrella pour Juan José Padilla, Ivan Fandiño et Daniel Luque. Dimanche 31, toros de Cebada Gago pour Luis Bolívar, David Mora et Marco Leal. Lundi 1er avril à 11 heures, toros de Murube pour Andy Cartagena et Diego Ventura mano a mano. À 17 heures, toros de Victorino Martin pour Fernando Robleño et Javier Castaño mano a mano.

La feria du Riz est également quasiment bouclée : samedi 7 septembre à 17 heures 30, corrida goyesque avec des toros de Domingo Hernández pour Enrique Ponce, El Juli et Juan Bautista. Dimanche 8 à 11 heures corrida portugaise : Toros de Gallon pour Fermín Bohórquez, Joao Moura et Gines Cartagena. À 17 heures, toros de Miura pour un cartel restant à définir.

Une programmation qui appelle quelques commentaires et dessine diverses tendances pour la saison à venir. Sous le double effet de la crise économique et de l'envie du public de (re)voir des combats avec un minimum de piquant et des toros qui ressemblent à des toros, l'accent est mis sur ce dernier. Les corridas dites dures dominent et y sont conviés les spécialistes du genre. Il reste à espère que ces courses-là offrent le spectacle (et la présentation) promis. Et parviennent elles aussi à remplir les gradins. Ce que nombre de grandes vedettes ont de plus en plus de mal à faire. Mais programmées dans des configurations originales, osées ou inédites, elles restent quand même les plus aptes à générer des engouements hors-norme. Ce qui a un coût, certes, mais peut autoriser aussi de belles recettes.

En ce début d'année, on restera donc prudent, et on se gardera de balancer avec démagogie un discours anti-figuras dogmatique qui, pour être aujourd'hui dans l'air du temps, ne restera pas forcément pertinent à moyen ou long terme.

A suivre. En attendant, bonne et belle année à tous, à vivre dans les arènes et ailleurs.

Les commentaires sont fermés.