Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/06/2014

Retour à Nîmes

Après une longue période de sommeil, retour sur  Toros blog, un retour qui passe forcément par Nîmes, à quelques jours de l'ouverture de la feria de Pentecôte.

Juli et les Miura

Un cycle qui à sa seule évocation exalte un Simon Casas toujours passionné quand on le sollicite pour le présenter : "J'ai élaboré la programmation de cette feria sur la base de la doctrine qui reste toujours la mienne, celle de l'excellence. Avec la présence des plus grands toreros bien sûr, mais aussi celle des plus grands élevages de l'actualité. Et quand je dis les meilleurs élevages, je parle à partir de données objectives, pas à partir de concepts illusoires. Et puis je suis toujours en quête de certaines originalités, de celles qu'on ne voit pas ailleurs, comme cette année avec la présence d'El Juli devant les Miura." Une confrontation effectivement événementielle, que l'on aurait dû voir à Séville l'an dernier, mais avortée en raison d'une blessure de la star. Nîmes en profitera donc le lundi de Pentecôte. 

G4, G5...

Et quand on évoque avec lui les alliances objectives entre les plus grands toreros (G4, G5...)  pour peser sur le déroulement d'une saison et la composition des affiches vedettes des ferias, Simon Casas hausse les épaules : "J'ai toujours programmé les plus grandes vedettes, je les programme encore, je les programmerai toujours. Quand je parle d'excellence, il est aussi question de mes relations avec des toreros que je reconnais en tant qu'artistes et acteurs du développement de la culture."

Et Tomas ?

Artistes parmi lesquels José Tomas figure à une place unique : "Je le programme plus souvent que les autres et souvent dans des moments exceptionnels. Là, je le programme à Grenade pour la corrida de son retour après son solo à Nîmes." Qui date déjà des Vendanges 2012. Dès lors, quid d'une présence de José Tomas lors des Vendanges 2014 ? Le Nîmois répond : "Je respecte sa discrétion donc je ne parle pas plus qu'il ne le faut pour tout ce qui le concerne. Oui, sinon, je caresse le rêve qu'il soit à Nîmes en septembre. Et avec lui, souvent, mes rêves deviennent réalité. Mais tant que le contrat n'est pas signé, je ne l'annoncerai jamais dans une de mes arènes."

Alors en attendant septembre, même en songe, autant profiter du réel d'une feria de Pentecôte qui s'annonce belle et vibrante. On en reparle ici toute la semaine, promis.

Les commentaires sont fermés.