Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/11/2010

Bautista triomphe à Maracay

Magnifique début de saison sud-américaine pour Juan Bautista. Hier, pour sa première course de l'hiver de l'autre côté de l'Atlantique, il a coupé trois oreilles dans les arènes de Maracay, au Venezuela, obtenant notamment les deux cartilages du sobrero qu'il a offert. Lors de la même corrida, Israel Tellez a lui aussi coupé deux oreilles à un même toro.

29/10/2010

L'ex-maire de Millas patron de la Région

C'est l'ex-maire de Millas dans les Pyrénées Orientales qui est devenu hier le nouveau président du conseil régional succédant ainsi à Georges Frêche. Qui, s'il allait aux arènes suivre des corridas, n'est pas plus particulièrement que ça porté sur la chose taurine. Il est vrai que contrairement à son successeur il n'avait jamais eu à s'occuper de tauromachie dans sa ville de Montpellier.

Ceci dit, et pour évoquer la disparition de Georges Frêche sous un angle tauromachique, ce souvenir personnel. Il y a quelques années de cela, à l'issue d'une interview réalisée dans son bureau à l'époque où je couvrais l'actualité du conseil régional pour Midi Libre, Georges Frêche me lança : "Alors comme ça vous vous intéressez à la politique et à la tauromachie. C'est bien, ça va ensemble. Il y a quand même une grosse différence entre les deux. Vous savez laquelle ?" Et devant mon regard interrogateur de lâcher sans sourciller : "La politique, c'est quand même beaucoup plus violent." Et vu sa conception générale de l'affrontement politique, je ne crois pas que ce jour-là il ait réellement plaisanté, ni voulu faire un bon mot.

09:58 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : millas, freche, bourquin

21/10/2010

Culture

Ainsi donc, la tauromachie en Espagne ne sera plus placée sous la tutelle du ministère de l'Intérieur mais s'avérera désormais chapeauté par le ministère de la culture. De là à y voir une compensation lâchée aux aficionados meurtris par la récente actualité catalane, il n'y a qu'un pas que beaucoup franchissent déjà. De là à penser que le vote du Parlement catalan puisse être remis en cause il y a quand même un monde. Car les raisons politiques qui ont permis l'interdiction de la corrida en Catalogne resteraient aux moins aussi incontournable si le débat devait renaître. On peut ainsi penser le "combat catalan" définitivement perdu (mais ces causes-là, au pays de Cervantes...) ce qui pourrait aussi permettre de mieux se concentrer sur la défense de la tauromachie partout où elle est encore autorisée tout en étant parfois menacée.

Est-ce que le fait de voir la Fiesta brava désormais abritée sous le giron de la Culture va y aider ou pas, ceci est une autre histoire, aux réponses pas forcément évidentes. Sur le plan du symbole, ici, on aura cependant du mal à réprouver la démarche. Car ça fait déjà quelques années que Midi Libre a fait migrer la tauromachie vers ses pages consacrées à la culture. Sa place est là, indéniablement.

20/10/2010

Quand Joselito manque

Joselito manque, et un peu à tout le monde. C'est l'enseignement intéressant que l'on peut retirer d'un mini-sondage lancé sur Facebook par les internautes du site burladero afin de désigner quel torero ils désireraient le plus revoir. Et Joselito d'arriver largement en tête, distançant visiblement très nettement Curro Romero,  Rafael de Paula, Manzanares père, Ojeda, Munoz, Paco Camino, El Viti, Espla et Antonete.

Allez on avoue, on aurait nous aussi voté Joselito, sans réfléchir, et puis même après réflexion. Parce qu'à nous aussi, José Miguel Arroyo manque.

13/10/2010

Castella double à Monterrey

Sébastien Castella a coupé tôt sa saison franco-espagnole (après les Vendanges de Nîmes en fait) mais revient déjà dans l'actualité de la temporada sud-américaine. Les arènes de Monterrey ont en effet annoncé l'avoir engagé à deux reprises, pour le 7 et le 14 novembre. Lors de la première date, le Biterrois alternera en mano a mano avec le jeune Mexicain Juan Pablo Sanchez. Il est la seule grosse vedette européenne appelée par cette importante plaza d'Amérique latine.

09/10/2010

Prix Nobel et aficionado

D'abord un aveu : si l'on parle ici de littérature, je reconnais mon ignorance de l'oeuvre de Mario Vargas Llosa, couronné cette semaine prix Nobel. Je me souvien de La tante Julia et le scribouillard, lu il y a déjà bien longtemps et puis c'est tout, je n'ai jamais ouvert un autre de ses livres, ni roman, ni rien. Et dans la course au Nobel, c'était Cormac McCarthy mon favori, magnifique romancier américain, chantre d'un ouest sauvage, brutal, crépusculaire. Un immense écrivain dont je ne rate rien. Mais c'est Vargas Llosa qui a gagné et je suis drôlement content. Car le lauréat est un aficionado averti qui, justement, a souvent écrit pour la défense d'une culture taurine dont il plaide régulièrement l'importance.

Bref, un Nobel aficionado, ça me va, comme ça convient certainement à tous les lecteurs de ce blog. Et je croise déjà les doigts pour que McCarthy (ou Dylan, ou Jim Harrisson, mais pourquoi que des Nord Américains ?) le décroche en 2011.

14:38 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vargas, llosa, nobel

05/10/2010

Nîmes ville taurine

Nîmes ville taurine, nul n'en doutait vraiment mais en ces temps agités, le conseil municipal de la cité des Antonins a décidé que ça irait encore plus de soi en l'affirmant officiellement. Ses élus ont donc adopté un texte où il est notamment précisé en sa conclusion que "la Ville de Nîmes confirme son soutien à la culture taurine méditerranéenne et affirme son attachement indéfectible à la corrida qu'elle considère comme partie prenante du patrimoine immatériel de l'humanité. Elle appelle l'ensemble des villes taurines françaises à manifester publiquement leur attachement à cette même cause". Effectivement, ça va peut être mieux en le disant.

17:44 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nîmes

28/09/2010

Retour à Barcelone

Il ne faudrait pas oublier que l'on torée toujours, enfin encore, à Barcelone. Où la temporada s'est terminée dimanche avec un grand triomphe  du régional de l'étape, Serafin Marin, qui a indulté un toro de Jandilla, recevant dans la foulée, deux oreilles et une queue symbolique. Pour ne pas être en reste, El Cid, plutôt dans un bon moment depuis quelques semaines, coupait deux oreilles à un même toro. Samedi, c'est Morante qui avait mis en fusion la Monumental. Lui aussi coupait deux oreilles à un même toro avant d'être porté en triomphe des arènes à la porte de son hôtel, sous les chants des aficinados catalans demandant "liberté" pour la corrida dans leur région. 

Une triste note dans ce concerto triomphal puisque, samedi toujours, El Tato a pris un coup de corne sous l'aisselle, infligé par un toro à qui il parvint cependant à couper une oreille.

22/09/2010

Juli, qui d'autre ?

En apprenant qu'El Juli s'était arrimé hier comme un beau diable pour ne pas repartir bredouille d'une affaire engagée de façon compliquée du côté de Logrono, on se disait que non seulement il avait épuisé cette année toute sa concurrence mais que celle-ci, désormais intégralement sur le flanc,  ou ailleurs, ne pouvait que le regarder continuer à appuyer sur le champigon, encore et toujours, comme il le fait désormais depuis une grosse décennie.

Sébastien Castella a coupé sa saison après Nîmes, Manzanares, brillantissime cette année est actuellement touché et n'est pas encore perçu comme un rival crédible sur un enchaînement de temporadas, Morante reste Morante, Perera est out pour le moment, Tomas n'est pas revenu de sa tragédie mexicaine, Luque et son début de saison en plomb n'a jamais pu espèrer combler ce retard, idem pour Bautista malgré sa belle relance madrilène et les succès dans ses rencontres avec le Juli justement, Ponce n'est plus dans cette course-là, le Cid relève à peine la tête, etc.

Bref, ça fait longtemps qu'on ne se demande même plus qui sera désigné comme le numéro 1 de 2010 dans quelques semaines. El Juli, qui d'autre ? 

19/09/2010

La surprise Curro Diaz

En vrac, à Nîmes aujourd'hui devant deux belles assistances mais sans plein. Un mano a mano matinal dit inégal mais qui ne départage pas ses deux protagonistes, Castella et Morante, deux oreilles coupés à un même toro chacun. Et puis une surprise vespérale : Curro Diaz qui s'impose chez les stars et qui coupe deux oreilles à son second après une très artistique faena selon les premiers échos. Juli marri mais qui grapille un trophée au passage, faut pas rigoler non plus. La temporada française est bouclée, la saison de Castella itou et mon édition dominicale de Midi Libre Montpellier presque. Mais ça, c'est une autre histoire, la mienne.