Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/12/2009

Castella gracie un toro à Quito

Sébastien Castella a obtenu l'indulto d'un toro de Triana à Quito, obtenant deux oreilles et une queue symboliques. Un nouveau triomphe sud-américain pour le Biterrois qui alternait à cette occasion avec un Juli pas choyé par le sorteo, et qui est reparti bredouille, et le Colombien Luis Bolivar qui a obtenu une oreille à l'issue de chacun de ses deux combats.

04/12/2009

Casas : "J'ai inversé le mouvement de l'histoire taurine"

C'est un Simon Casas encore sous le coup de l’émotion de la nouvelle de sa victoire à Valence rendue officielle la veille, que nous avons pu joindre hier : "C’est évidemment important de pouvoir notamment organiser la première garnde feria d’Espagne, là où se fixent les valeurs pour la saison. C’est un positionnement privilégié, tellement enviable que même la société qui gère les arènes de Madrid était candidate. D’ailleurs, je deviens maintenant avec Valence, en plus de Nîmes, où mon contrat court jusqu’en avril 2010, Alicante, Mont-de-Marsan et Malaga où je suis associé, le deuxième groupe du marché taurin. En volume d’affaires et nombre de spectacles, seules les arènes de Madrid restent plus importantes." nous a-t-il notamment confié.

Il ajoutait dans la foulée : "Dans l’histoire de la tauromachie française moderne j’ai toujours été en première ligne. Avec cette victoire à Valence, j’ai inversé le mouvement de l’histoire taurine, car c’est la première fois qu’un groupe à intérêts majoritairement français, ma société, Simon Casas Production, réussit à devenir gestionnaire d’une arène de cette importance en Espagne. Le grand torero Luis Miguel Dominguin avait dit il y a de nombreuses années que l'avenir de la tauromachie s’écrirait en français. Il avait raison. Aujourd’hui, le marché français est totalement dirigé par des sociétés françaises, un Français gagne à Valence, et cette histoire, c’est Sébastien Castella qui en écrit les plus belles pages".

Il acceptait enfin d'évoquer en ces termes sa candidature aux arènes de Nîmes pour un concours dont le résultat sera connu le 8 ou le 9 janvier : "Je me réjouis de la transparence et de la rigueur avec laquelle Nîmes conduit cette délégation de service public. Là aussi Nîmes donne l'exemple. Ce que fait nïmes et son maire, jean-Paul Fournier, est un modèle de transparence. Le soleil brille pour tout le monde, même si Stéphane Meca (ex-torero et son challenger, ndlr) ne boxe pas dans la même catégorie que moi."

01/12/2009

Tom Cruise, Cameron Diaz et des toros


Mais que viennent faire Tom Cruise et Cameron Diaz sur ce blog ? Et bien pas seulement de la figuration, ce qui serait un comble pour ces  superstars, puisque les deux acteurs sont la grande attraction ces jours-ci des rues de Cadix, dans le sud de l'Espagne, où ils viennent de tourner avec des toros  des scènes de "Knight and day", le dernier film du réalisateur James Mangold (auteur de "Walk the line", la bio filmée de Johnny Cash). Il s'agit ici d'un film d'espionnage très connoté action avec une pointe de romance. Et pour l'une de ses scènes, Tom Cruise, au guidon d'une moto, avec Cameron Diaz pour passagère, ont dévalé derrière des toros une longue rue de la ville andalouse, transformée pour l'occasion en une rue de Pampelune, puisque la scène est censée figurer un des fameux encierros de la San Fermin.

Les figurants étaient habillés en blancs, avec foulards et ceintures rouges, comme les participants aux encierros, courus au petit matin dans la capitale de Navarre, et rendus internationalement célèbre par Hemingway, un autre Américain, tiens. Les passages les plus risqués de ces scènes ont été tournés par des doublures des deux stars américaines nous confirme sans surprise l'Agence France Presse et les nombreux médias espagnols qui tiennent la chronique de ce torunage minute par minute, sites taurins spécialisés compris.

Avant l'arrivée de Tom Cruise et Cameron Diaz en Espagne, le tournage du film avait dû être interrompu pendant plusieurs jours après un incident au cours duquel des jeunes toros avaient fait deux blessés légers pendant la réalisation d'une autre scène.

"Knight and day", doit sortir en 2010 aux Etats-Unis. Et au fait, quid du "Manolete" avec Adrian Brody dans le rôle-titre et Penelope Cruz, film terminé depuis au moins deux ans et toujours pas sorti ? Toujours rien à l'horizon, ce qui n'est jamais très bon signe sur la qualité du film....

30/11/2009

De l'autre côté de l'océan

Le dernier week-end  en Amérique du Sud oscillait entre deux pôles d'excellence. A Lima au Pérou, Ponce et Manzanares (décidément dans un sacré moment) ont chacun coupé une et une oreilles. RAS pour un Sébastien Castella très mal servi. Ce très gros cartel avait quasiment fait le plein.
Idem à la 
Monumental de Mexico, pour le retour de Joé Tomas récompensé par une oreille et un tour de piste. Pour lui aussi la corrida n'a visiblement pas franchement servi. Il alternait avec Macias qui a coupé les deux oreilles de son premier.

 

28/11/2009

En attendant Nîmes, Casas fait la course en tête à Valence

 L'imprésario nîmois Simon Casas  pourrait devenir bientôt le gestionnaire des arènes de Valence, une des plus importantes plazas de première catégorie en Espagne
   Les sites taurins spécialisés espagnols s'accordaient hier pour dire que Simon  Casas "est en tête à Valence", au sujet du concours organisé pour la gestion des ces arènes et dont le résultat est attendu sous peu. Effectivement, "je suis en tête et je pense que je vais gagner", a confirmé  le Nîmois à l'AFP, soulignant l'importance de la place de Valence, qui accueille la première grande Feria au début de la saison tauromachique en Espagne.
    L'imprésario français dirige déjà les arènes de Nîmes (sud de la France), pour lesquelles il est actuellement candidat à sa propre succession,  et d'Alicante (sud-est de l'Espagne), étant par ailleurs associé à la gestion de celles de Malaga (sud) et de Mont-de-Marsan (sud-ouest de la France). Il soulignait  encore qu'en cas de succès à Valence, ce serait la première fois qu'un groupe à intérêts majoritaires français, Simon Casas Productions, deviendrait gestionnaire d'une grande arène espagnole.
    Sa possible victoire a suscité une virulente réaction de l'actuelle entreprise gestionnaire, Serolo, laquelle dans une page de publicité publiée
jeudi par le quotidien ABC s'élève à l'avance contre l'arrivée à Valence de responsables venus "de Madrid ou de France".
    L'entreprise gestionnaire des arènes de Madrid, Taurodelta, est aussi en compétition pour Valence. Casas vise également à terme les prestigieuses arènes madrilènes de Las Ventas.

23/11/2009

Tomas, un retour à Mexico

Le directeur des arènes de Mexico, Rafael Herrerias l'a officialisé, José Toams va bien toréer lors de la Temporada Grande dans la Monumental. Et pas plus tard que... dimache prochain. Ce 29 novembre en effet, le torero de Galapagar alternera devant du bétail de Xajay avec Arturo Macias. Un gros, gos événement et on en connaît certains qui doivent en regretter l'annonce tardive, eux qui n'attendaient qu'une course de ce type pour enfin se décider à franchir l'Atlantique.

14:04 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tomas, mexico, macias

19/11/2009

68, 41, 8

68, 41, 8... quelle est cette martingale ?

68 pour 68 corridas, 41 pour 41 novilladas, 8 pour 8 courses à cheval, soit le nombre de spectacles tauromachiques enregistrés lors de la saison 2009 dans les arènes françaises. Ce qui reste intéressant est de comparer ces chiffres avec ceux des années précédentes, comme l'a fait récemment notre confrère Semana Grande. Et la tendance oscille entre légère baisse et stabilité. Avaient ainsi été organisées 71 corridas en 2008 (73 en 2007), 45 novilladas en 2008 (43 en 2007), cinq courses à cheval en 2008 (sept en 2007).

On peut donc s'affirmer plutôt optimiste sur la bonen santé de la tauromachie en France, mais seulement après avoir précisé que ce sont les grandes ferias du sud-est et du sud-ouest qui servent de locomotive, certains cycles de moindre importances, voire les courses organisées de manière isolée rencontrant souvent des difficultés à faire le plein.

Au même moment, en Catalogne, c'est la disparition pure et simple de la corrida qui est en jeu. Le Parlement catalan décidera en effet dans la semaine du 7 décembre si le débat sur la corrida sera mis à l'ordre du jour de sa dernière séance plénière 2009, qui a été fixée au 15 décembre. Si tel était le cas, tout adviendrait possible, le pire comme le meilleur suivant le point de vue que l'on adopte. Et si les parlementaires "anti" l'emportaient, la Catalogne deviendrait la première région espagnole à interdire la tauromachie...

14/11/2009

Petits Français

A l'heure où un torero français truste toutes les récompenses possibles (Castella of course), il ne faudrait pas oublier d'autres "petits français" également honorés. On parle ici de Tomasito et Patrick Oliver qui, après une saison 2009 que l'on qualifiera avec euphémisme de pas franchement de tout repos pour l'un comme pour l'autre, ont été distingués respectivement numéro 1 et numéro 2 de la temporada dans les rangs des novilleros par les internautes du site espagnol burladero.com.

Deux mots de commentaire ? Olé et Cocorico !

12/11/2009

Et Michelito débuta à 11 ans en novillada piquée

Voilà, c'est fait, et l'événement devrait trouver sa place dans un Guiness book tauromachique. Le jeune Franco-Mexicain Michelito, fils du matador Michel Lagravère, a débuté en novillada piquée à l'âge de 11 ans. Et il ne semble pas y avoir de précédent. Ca s'est plutôt mal passé, enfin, plutôt mal terminé, au moment de vérité ce qui est tout sauf un hasard : voltereta, avis, multiples échecs avec les épées, secours d'un compagnon de paseo, infirmerie, etc.

Sans rentrer dans un débat éthique ou moraliste sur le fait de donner la mort à 11 ans, et en restant sur des considérations pratiques, pragmatiques ou tauromachiques, ces deux réflexions : est-on physiquement apte à cet âge-là à estoquer ce type d'animal, un tel bétail ? Vu le physique, la morphologie du nino, et même si le bétail avait justement était précautioneusement choisi, on peut se poser la question. Et se dire qu'attendre un ou deux ans de plus, même s'il a suffisamment de bouteille cape, banderilles ou muleta en main, n'aurait pas forcément été un luxe. Et encore, la façon dont ce novillo a "pesé" sur ce gamin, même s'il excella à la muleta, a dû aussi jouer sur l'état de sa forme physique au moment de se profiler avec l'épée.

Deuxième point, purement subjectif celui-là : j'ai vu Michelito à Arles, en exhibition, devant deux erales lors de la dernière feria du Riz. J'ai eu aussi la chance, il y a quelques années de cela, d'être sur les gradins des arènes de Nîmes pour assister aux premiers pas du Juli dans le théâtre de sa future alternative  et dans le cadre d'une non piquée. Il devait avoir douze ou treize ans, et l'effet de sidération qu'il produisit ce matin-là était à des années lumières de l'impact de Michelito. El Juli figura, il était déjà, c'est dire. Michelito en est loin, très loin. Pas du Juli d'aujourd'hui mais du Juli de ce matin là. Ca ne se discute même pas et c'est le contraire qui serait anormal.

11/11/2009

Fortunes diverses

Fortunes diverses pour les figuras en cette période automnale. Sébastien Castella n'arrête pas de cumuler trophées conquis dans l'arène (à Monterrey, au Mexique, il a coupé les deux oreilels et la queue d'un toro de Mimiahuapan, alors qu'il toréait aux côtés de Zotoluco et Macias qui ont obtenu chacun un trophée) et récompenses glanées pour sa grande saison européenne 2009. Il vient ainsi d'ajouter une nouvelle récompense à son impressionnante collection  avec  l'Oreille d'Or de RTVE.

Alejandro Talavante est lui moins heureux puisque les médias espagnols nous ont appris qu'il s'était facturé le bras droit lors d'un tentadero chez Daniel Ruiz.

Quant à José Tomas, il prépare actvement 2010. On savait qu'il avait contractualisé pour Madrid et Bilbao, il semblerait que ce soit désormais fait pour deux courses à Séville. Sa prochaine saison commence à afficher un profil particulièrement séduisant. Un rpofil normal pour une figura affirmeront ceux qui ne se comptent pas forcément dans les rangs de ses thuriféraires les plus inconditionnels.